Quelques considérations critiques sur l’enquête de la BCE sur les thèmes des billets en euros

Lecture commentée du communiqué de presse

Du 10 juillet au 31 août, la Banque Centrale Européenne organise une “Enquête sur les thèmes des billets en euros”.

L’enquête est ouverte à “tous les habitants de la zone euro”. Toutefois, “Afin de garantir une représentation équitable des opinions à l’échelle de la zone euro, la BCE a, par ailleurs, chargé un cabinet d’études indépendant de poser les mêmes questions à un échantillon représentatif d’habitants de la zone euro.”1. Si l’on en juge par le faible retentissement de cette enquête dans la presse francophone et la presse anglophone, la BCE n’a pas fait beaucoup d’efforts de communication pour promouvoir la consultation populaire et semble faire plus confiance au travail du cabinet d’études. Cette remarque ne dédouane pas les media, qui, je trouve, devraient mieux traiter un sujet qui concerne des images manipulées quotidiennement par l’ensemble des citoyens européens. Seuls les amateurs d’oiseaux, un des thèmes proposés par la BCE, semblent se mobiliser.

Le Conseil des gouverneurs de la BCE a présélectionné sept thèmes, suivant les “suggestions d’un groupe consultatif pluridisciplinaire, dont les membres proviennent de tous les pays de la zone euro”2 :

  • Fleuves : les rivières de la vie en Europe
  • La culture européenne
  • Le futur vous appartient. La langue de bois du communiqué de presse de la BCE est particulièrement incompréhensible pour ce thème : “Les images conçues pour ce thème représentent ceux qui portent de l’imaginaire collectif à partir duquel les individus créeront cet avenir commun.”3
  • Le reflet des valeurs européennes dans la nature. Cette locution peut d’abord prêter à sourire, mais il s’agit en fait, comme le précise le texte du communiqué de presse, de respect pour la nature et de préservation de l’environnement : “Le thème met en lumière le rôle des valeurs européennes (respect de la dignité humaine, liberté, démocratie, égalité, État de droit et respect des droits humains) en tant que piliers de l’Europe et met ces valeurs en lien avec notre respect pour la nature et la préservation de l’environnement.” 4
  • Les oiseaux : libres, résilients et inspirants
  • Mains : construire l’Europe ensemble
  • Notre Europe et nous-mêmes. “Ce thème évoque la liberté, les valeurs et l’ouverture d’esprit des peuples en Europe.”

Les “thèmes” des oiseaux et des mains me semblent plus des suggestions graphiques ou iconographiques que de réels motifs de réflexion européens. Comme on peut le voir ci-dessous, les thèmes eux-mêmes sont un peu mieux explicités au cours de l’enquête elle-même.

La BCE s’abstient bien d’expliquer concrètement comment les résultats de cette enquête populaire seront exploités, ce qui n’est ni transparent5 ni encourageant : “La BCE s’appuiera sur les résultats des enquêtes réalisées pour sélectionner le thème de la prochaine série de billets d’ici à 2024.”. En outre, il n’est fait aucune mention d’un engagement de publication des résultats. Comment saura-t-on le nombre de réponses reçues et le détail des opinions exprimées ?

Un concours de graphisme sera ensuite organisé sur le thème choisi, et les Européens seront à nouveau consultés sur les résultats de la compétition.

La BCE ne prendra une décision finale sur les nouveaux billets qu’en 2026. Cela signifie-t-il qu’ils seront émis en 2030 ou 2032 pour les 30 ans de l’euro ?

L’enquête elle-même

Voici quelques réflexions alors que je participe à l’enquête le 21 août, sur internet, depuis mon domicile au Japon. De façon sympathique, ou imprudente, on ne me demande jamais de prouver ma citoyenneté européenne, même si, vers la fin de l’enquête, une question concerne mon pays de résidence, et il est anticipé que des réponses viennent d’en dehors de l’Union européenne.

Capture d’écran, 21 août 2023.

De façon un peu surprenante, l’enquête ne porte pas uniquement sur les thèmes des futurs billets mais concerne déjà leur graphisme, parfois de façon assez précise : “Pour chaque thème, nous vous proposerons une brève description expliquant le concept, ainsi qu’une histoire et une proposition6 de graphisme pour le futur billet.”

  • “La couleur et le dessin de chaque billet pourraient être inspirés d’un oiseau européen différent, avec des motifs correspondants associés aux saisons, aux paysages européens ou aux activités humaines.”
  • “Communiquer, par exemple, pourrait être illustré par une bouche humaine et d’autres images représentant la liberté de parole et la richesse des langues.” (thème « Notre Europe et nous-mêmes »)
  • “Par exemple, un billet représentant la démocratie pourrait utiliser des éléments visuels du Parlement européen ou du processus de vote (illustré par une main), ou encore une plage d’Europe, dont chaque grain de sable compte, comme chaque Européen.” (thème « Le reflet des valeurs européennes dans la nature »)
  • “Sur les billets pourraient figurer une silhouette ordinaire, accompagnée d’images se rapportant à différents domaines (l’astronomie, par exemple, dans le domaine de la science) et les métiers ou champs de compétence associés (des astronautes, par exemple).” (thème « Le futur vous appartient » )
  • “Un billet pourrait représenter la valeur européenne de l’État de droit en montrant une main tenant la balance de la justice.” (thème « Mains : construire l’Europe ensemble » )
  • Certaines descriptions ne manquent pas de lyrisme. “Sur les billets pourraient figurer des portions de fleuves d’Europe traversant les frontières, de leur source jusqu’à la mer, par-delà des montagnes escarpées, des étendues cultivées et de grandes villes, entre lieux de solitude sereine et frénésie de rues commerçantes.”

L’enquête apporte des justifications et précisions qui n’apparaissent pas dans le communiqué de presse : “Le thème « Les oiseaux : libres, résilients et inspirants » est tiré de l’un des plus anciens textes juridiques du droit européen en matière d’environnement, la directive de l’UE sur les oiseaux, qui protège l’ensemble des cinq cents espèces d’oiseaux sauvages de l’UE.” ; “Le thème « Notre Europe et nous-mêmes » honore les vies individuelles et collectives des habitants de l’Europe autour de six actions : être, faire, penser, aimer, communiquer et vivre.” “Le thème « Le reflet des valeurs européennes dans la nature » représente les six valeurs de l’Union européenne (UE) définies dans le traité de Lisbonne : respect de la dignité humaine, liberté, démocratie, égalité, État de droit et respect des droits humains. Il évoque également notre relation avec la nature et l’environnement, et le respect que nous leur portons.” “« La culture européenne » est une mosaïque riche et diversifiée d’expressions culturelles et créatives, un héritage qui se transmet de génération en génération d’Européens. La culture européenne enseigne le passé à chaque génération d’Européens et la prépare pour l’avenir, tout en contribuant à la cohésion et au bien-être de nos sociétés.” “Le thème « Le futur vous appartient » se concentre sur les Européens et leur capacité à façonner l’avenir de l’Europe avec leurs idées et leur vision. Il rend hommage à tous les Européens, ainsi qu’à leurs compétences et à leurs idées, dans des domaines aussi variés que la science, les technologies ou l’art.” “Le thème « Mains : construire l’Europe ensemble » s’inspire de la devise de l’UE, « Unis dans la diversité », et représente tous les individus qui ont bâti l’Europe. Il symbolisera les six valeurs de l’Union européenne (UE) définies dans le traité de Lisbonne (respect de la dignité humaine, liberté, démocratie, égalité, État de droit et respect des droits humains) sous la forme de mains, pour les rendre plus tangibles et humaines.” “Le thème « Fleuves : les rivières de la vie en Europe » s’inspire des paysages européens et combine les merveilles de la nature en Europe avec les thèmes plus larges d’interconnexion et de durabilité.”

Il est intéressant de voir que certains de ces thèmes citent, parfois imparfaitement, des documents officiels de l’Union Européenne, sur lesquels ils s’appuient : la directive de l’UE sur les oiseaux (directive 79/409/CEE), l’article 1 bis du traité de Lisbonne (mais sans en reprendre la précision “y compris des droits des personnes appartenant à des minorités”)7. Un lapsus semble avoir frappé la devise de l’Union européenne utilisée pour expliquer le thème « Mains : construire l’Europe ensemble » : le féminin de la version officielle (“Unie dans la diversité“, je suppose qu’il faut sous-entendre Europe) est devenu un pluriel (« Unis dans la diversité »), sans doute une traduction non vérifiée de l’anglais “United in diversity”.

Pour chaque thème, une question initiale est posée : “Sur la base de la description suivante, que pensez-vous de cette idée de thème pour les futurs billets ?”. Suit un tableau en trois cellules présentant en quelques phrases le thème, son histoire et sa proposition de graphisme.

Exemple : thème des oiseaux, capture d’écran, 21 août 2023

Un tableau déroulant permet de répondre à la question initiale.

Exemple : présentation du thème des oiseaux; capture d’écran, 21 août 2023

Après avoir répondu à cette question, il est demandé en cas de réponse positive Qu’est-ce qui vous plaît dans ce thème ?, avec un choix de cases à cocher, plusieurs réponses étant admises : “Les billets seraient beaux ; Il représenterait bien l’Europe ; Je peux m’y identifier ; Il inclut tous les Européens ; Il est facile à comprendre ; Il restera pertinent dans la durée ; Autre ; Préfère ne pas répondre ; Ne sait pas”. Notons que la case “Autre” ne permet pas ensuite d’expliciter cette réponse.

Capture d’écran, 21 août 2023

En cas de réponse négative, il est évidemment demandé “Qu’est-ce qui ne vous plaît pas dans ce thème ?” avec un autre choix de réponses : “Les billets ne seraient pas beaux ; Il ne représenterait pas bien l’Europe ; Je ne peux pas m’y identifier ; Il n’inclut pas tous les Européens ; Il n’est pas facile à comprendre ; Il ne sera pas pertinent dans la durée ; Autre ; Préfère ne pas répondre ; Ne sait pas “. De nouveau, “Autre” ne laisse aucune possibilité d’ajouter un commentaire.

Capture d’écran, 21 août 2023

La réponse “Ni l’un ni l’autre” à la question initiale donne accès aux deux séries de justification, l’une après l’autre.

Suit une question sur le pays où l’on vit, comme dit plus haut.

Je ne comprends pas vraiment l’intérêt des questions qui s’enchainent sur le genre, l’âge, le niveau d’études et la situation professionnelle, mais il est possible de ne pas y répondre, et je suppose qu’elles ont pour fonction de contrôler et calibrer l’enquête.

Capture d’écran, 21 août 2023.

La dernière question me semble plus pertinente et toucher plus directement l’objet de l’enquête : Lorsque vous faites des achats dans des lieux physiques, quel moyen de paiement utilisez-vous ? Bien heureusement, il est de nouveau possible de ne pas y répondre.

Capture d’écran, 21 août 2023

Des remerciements concluent l’enquête, mais il n’est pas proposé, contrairement à l’usage courant, de pouvoir laisser une adresse électronique afin d’être averti de ses résultats.

Brève conclusion

L’enquête de la Banque Centrale Européenne sur les futurs billets de banque en euros mêle un peu maladroitement des questions relatives à leurs thèmes et à leur graphisme. Elle ne contribue que moyennement au recueil de l’opinion populaire puisqu’elle est strictement contrôlée : elle ne permet que de cocher des cases sans accepter de phrases ou de messages écrits par les répondants8. Certes, cela aurait nécessité d’engager des moyens financiers bien plus importants pour traiter les réponses ; on voudrait d’ailleurs savoir combien coûte le recours au cabinet d’études indépendant qui mène une étude parallèle à l’enquête. Le contrôle formel de l’enquête s’accompagne de celui de la publicité et de l’usage de ses résultats, pour lesquels on ne sait rien et la BCE ne semble s’engager en rien.

La faible publicité de l’enquête par la BCE et son manque apparent d’impact dans les médias, ainsi que la langue de bois qui émaille son communiqué de presse semblent témoigner d’une certaine pusillanimité politique, ce que renforcent la présentation imprécise de la mise en valeur des actions de protection de l’environnement, masquées derrière un vague amour de la nature, et la citation incomplète de l’article 1 bis du traité de Lisbonne, imprécision qui efface de l’enquête les droits des minorités9. Ce n’est sans doute pas un hasard si ces deux sujets, l’environnement et les droits des minorités, sexuelle ou ethniques, par exemple, sont justement l’objet d’opinions très variées dans les différents gouvernements des pays membres de l’Union, et donc de tensions au sein de l’UE. J’ajoute que cette pusillanimité semble être partagée par les media, au moins les presses francophone, anglophone, italienne, néerlandophone et germanophone, qui, me semble-t-il, devraient mieux couvrir les thèmes de l’euro, des valeurs et de l’identité européennes.

Enfin, le problème principal de l’enquête et des thèmes proposés me semble pour moi s’illustrer dans l’impossibilité d’expliciter la réponse “Autre” quand on n’apprécie pas un de ceux-ci. J’aurais voulu pouvoir écrire, tout simplement, que le thème proposé n’était pas particulièrement européen. La défense de l’environnement, l’amour de la nature et de la liberté, “les valeurs de respect de la dignité humaine, de liberté, de démocratie, d’égalité, de l’État de droit, ainsi que de respect des droits de l’homme” sont des idées que beaucoup d’autres parties du monde ont actuellement en commun avec l’Europe, que des individus partagent dans le monde entier, même si leur gouvernement n’y adhère pas10 Si on souhaite les mettre en évidence sur les billets en euros, il faut le faire, selon moi, non pas de façon générale et abstraite, mais en les ancrant dans l’histoire et les héritages européens, en choisissant concrètement des lieux et personnes historiques ou des paysages et monuments naturels, quitte à froisser quelques susceptibilités nationales11.

Mise à jour du 23 août 2023

Ajout des commentaires sur le rapport du groupe consultatif.



Citer ce billet
Alexis D'Hautcourt (2023, 22 août). Quelques considérations critiques sur l’enquête de la BCE sur les thèmes des billets en euros. Faces d'identité. Consulté le 19 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/olzy

  1. COMMUNIQUÉ DE PRESSE. La BCE consulte les Européens sur les nouveaux thèmes des billets en euros (10 juillet 2023). []
  2. Le rapport du groupe consultatif, daté de septembre 2022, est disponible sur le site de la BCE : Theme Advisory Group report on the selection of a theme for future euro banknotes (PDF). []
  3. Dans la version anglaise : “The images created for this theme represent the bearers of the collective imagination through which people will create this shared future.” []
  4. Dans la version anglaise : “European values mirrored in nature (…) The theme highlights the role of European values (human dignity, freedom, democracy, equality, the rule of law and human rights) as the building blocks of Europe and links these values to our respect for nature and the preservation of the environment. []
  5. Par contre, il faut applaudir la publication en ligne du rapport du groupe consultatif. []
  6. En grasses dans l’enquête. []
  7. L’Union est fondée sur les valeurs de respect de la dignité humaine, de liberté, de démocratie, d’égalité, de l’État de droit, ainsi que de respect des droits de l’homme, y compris des droits des personnes appartenant à des minorités. Ces valeurs sont communes aux États membres dans une société caractérisée par le pluralisme, la non-discrimination, la tolérance, la justice, la solidarité et l’égalité entre les femmes et les hommes. []
  8. En outre, le créateur des billets actuels, Robert Kalina, a raison de souligner que l’enquête ne laisse pas les gens exprimer le souhait de ne pas changer et de continuer à utiliser les billets en cours. []
  9. Il faut noter que ces deux thèmes ont bien été clairement discutés par le groupe consultatif : la protection de l’environnement passim, les droits des minorités p. 40 et 25. []
  10. Curieusement, je trouve, dans le rapport du groupe consultatif, ce problème n’est souligné que pour le thème des rivières : “Not strictly a European theme” (p. 5). Quitte à paraître cynique, il me semble que le rapport pèche ailleurs par ce qui peut sembler de la naïveté. Ainsi, il considère comme un des avantages du même thème des rivières que celles-ci traversent librement les frontières (“Rivers cross borders freely.”, p. 5), sans prendre en compte que, historiquement, les rivières elles-mêmes constituent des frontières, qu’il est parfois mortel de traverser. Quant au thème des oiseaux, il n’est pas souligné que, au regard des compétitions et violences internationales, on ne manquerait pas de se demander qui est le gros chat qui croquerait l’oiseau européen. []
  11. Par contre, si le choix de représenter des personnalités historiques est fait, il me semble indispensable de respecter la parité homme/femme. []
Publié le
Catégorisé comme BCE, Billet

Par Alexis D'Hautcourt

Professeur, Université des Langues Étrangères du Kansai (関西外国語大学, Kansai Gaidai University)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search