Le “rapport Delors” : rien sur les images de l’euro, mais quelle ambiance !

A la suite de la mort de Jacques Delors, les journaux n’ont pas manqué de rappeler son rôle dans la création de l’euro, mentionnant en particulier l’importance fondamentale du “rapport Delors” de 19891. J’ai donc voulu voir s’il y est fait quelque mention que ce soit de l’apparence des billets de banque et pièces de monnaie qui apparaîtront en 2002.

Mettons immédiatement fin au suspens : aucune considération n’a été émise dans ce rapport ou dans les discussions qui ont précédé sa rédaction à propos de l’apparence physique des futurs billets et pièces de la monnaie unique, mais je ne regrette pas d’avoir lu ce document fondamental pour l’histoire de mon objet d’études et je voudrais en profiter pour signaler l’extraordinaire documentation disponible en ligne à son sujet, les sources, documents et liens utiles pour son étude.

Le rapport lui-même est disponible, avec une introduction2 et un dossier de documents annexes, sur le site internet du Centre virtuel de la connaissance sur l’Europe (CVCE) de l’Université de Luxembourg, dans sa version anglaise (Report on economic and monetary union in the European Community (12 April 1989) )3 et dans sa version française (Rapport sur l’Union économique et monétaire dans la Communauté européenne (12 avril 1989) ). Sauf erreur de ma part, il n’y est fait aucune mention des pièces ou de billets, alors que les auteurs du rapport étaient en majeure partie gouverneurs de banques nationales et donc des technocrates habitués à discuter de ces objets. Des documents conservés, il est clair que le comité dirigé par Jacques Delors n’a jamais envisagé de discuter de ces questions4 , même si elle sont bien évidemment présentes dans l’esprit de ses membres5. Dans ses Mémoires, Jacques Delors ne parle pas non plus de cela, mais il faut noter que des membres du Comité Delors ont lors des discussions émis l’idée de garder les monnaies nationales, et donc leurs billets de banque et leurs pièces :

La deuxième divergence portait sur le statut de la monnaie européenne. Certains évoquaient l’idée d’une
monnaie parallèle, c’est-à-dire d’un système où la monnaie européenne coexisterait avec les monnaies des
pays membres.

DELORS, Jacques. Mémoires. Paris: Plon, 2004. ISBN 2-259-19292-0, p. 332-340.

On peut facilement confirmer ce propos de Delors, car la Banque Centrale Européenne met à disposition du public sur son site internet, et il faut vraiment applaudir cet effort de transparence6, les archives du Comité Delors. On y trouve des transcriptions de discussions fascinantes bien évidemment sur les principes juridiques, économiques, administratifs et politiques qui ont mené à la création de l’euro, mais aussi des échanges sur la rhétorique et le vocabulaire à utiliser pour présenter ce rapport aux hommes et femmes d’État, aux milieux d’affaires et aux journalistes. Il y a là un trésor pour un spécialiste de l’étude de l’argumentation. On peut aussi y voir des documents pratiques qui pourraient servir un jour à la réalisation d’un film ou d’un documentaire dramatique sur la création de l’euro, comme des plans de table des réunions, qui seraient bien utiles pour des champ-contrechamp.

L’atmosphère de certaines réunions a été tendue ; parfois, on pourrait même la qualifier d’hystérique, en opposition totale avec l’image de sang-froid que l’on donne habituellement aux dirigeants de banques centrales. Rappelons ici que seuls des hommes étaient présents. Certaines saillies ne manqueront pas d’étonner :

Les Ministres des Finances ont besoin d’être violé [sic] de temps en temps. C’est l’histoire de l’Europe qui dit cela. Ce sont eux les maîtres de tout. Alors de temps en temps, il faut qu’ils sachent qu’il n’y a pas que eux [sic].

Jacques de Larosière, French transcription of the sixth meeting of the Committee on 14 February 1989, p. 157.

Lors de ces discussions, les mentions de billets de banque ou de pièces de monnaie, comme dit plus haut sont exceptionnellement rares. Par exemple, lors de la rencontre du comité le 10 janvier 1989, Miguel Boyer propose que l’on traitera en temps voulu de l’organisation des billets et pièces de la monnaie unique, car le Comité n’a pas pour mission de traiter de problèmes techniques :

On lira peut-être aussi avec intérêt que, lors de cette même réunion, Robert Leigh-Pemberton, en se basant sur le passage au système décimal au Royaume-Uni, annonce que l’adoption d’une monnaie unique entrainera nécessairement une hausse des prix, comme les commerçants arrondiront leurs prix de vente.

Meeting on 10th January, 1989, p. 40.

Si on lit le rapport de cette réunion du 10 janvier, elle semble avoir été importante puisque c’est à ce moment-là que la décision d’adopter une monnaie unique a été clairement affirmée et que l’idée de garder des monnaies nationales liées par un taux d’échange fixes a été abandonnée.

Report of the fifth meeting (19 janvier 1989)

Néanmoins, Jacques Delors se sent le besoin de fortement répéter ces résolutions lors du début de la réunion suivante, le 14 février8 : il semble y avoir alors encore quelques réticences9. On le voit bien avec une nouvelle proposition de rédaction faite par le gouverneur de la banque allemande, K.O. Pöhl, le 14 mars 1989 :

Il me semble insister sur le fait qu’il n’y a pas de nécessité économique pour une monnaie unique, mais seulement des raisons politiques et psychologiques10, et il laisse la porte ouverte au maintien des monnaies nationales.

Carlo Ciampi intervient alors, mais je confesse ne pas parfaitement comprendre leur échange :

Transcription of the seventh meeting of the Committee on 14 March 1989, p. 13.

Quoi qu’il en soit, Pöhl semble mettre un peu d’eau dans son vin et propose un texte plus positif :

Transcription of the seventh meeting of the Committee on 14 March 1989, p. 14.

Dans son rapport The Further Development of the European Monetary System, Pöhl répète ainsi sa pensée :

The Further Development of the European Monetary System (6 juillet 1989), p. 511.

En conséquence, après de dernières discussions12, Jacques Delors peut clairement annoncer lors de sa conférence de presse du 17 avril 1989 la recommandation du Comité d’adopter une monnaie unique, l’écu13 :

Conférence de Presse de M. Jacques Delors Président de la Commission des Communautes Européennes. Le Rapport du Comité Monétaire Européen (17 avril 1989)

Il vaut peut-être la peine de souligner que le pouvoir psychologique des billets de banque et pièces de monnaie n’est pas admis par tous en ce qui concerne un système de monnaie parallèle, comme on peut le lire dans un document conservé dans les archives du Comité Delors.

Daniel Gros, An Analytical Framework for the Parallel Currency Issue (29/11/1988), p. 2 ; voir aussi p. 18.
Daniel Gros, An Analytical Framework for the Parallel Currency Issue (29/11/1988), p. 10-11.

Dans un autre rapport conservé dans les archives, Alternative Paradigms for Monetary Union (D’autres conceptions de l’union monétaire), Daniel Gros livre quelques réflexions concrètes sur les billets et les pièces de monnaie, et les taux de change non-officiels dans les régions frontalières, mais j’ignore quel usage a été fait de ce document.

Voici donc tous les éléments que j’ai trouvés relatifs à l’aspect physique de l’euro, dans le rapport Delors. La pêche a été maigre, et ce n’est pas une surprise, mais cette recherche m’a familiarisé avec les acteurs de l’histoire de l’euro et la vigueur des débats qui ont entouré la création de cette monnaie. Elle m’a aussi permis de découvrir très concrètement le sens politique et les talents d’organisation et d’anticipation de Jacques Delors14, bien sûr fort aidé ici par les rapporteurs du rapport, Gunter Baer et Tommaso Padoa-Schioppa.

Peut-être aussi le fait que le Comité Delors n’a jamais réfléchi en termes de billets de banques ou de pièces de monnaie lors de ses réflexions sur la création d’une monnaie unique devrait-il me forcer à mettre en perspective le concept de “cashless society” qu’on utilise pour décrire l’évolution actuelle des formes de payements de la vie quotidienne, concept qui n’est pas sans conséquences sur l’analyse des images des pièces en euros.



Citer ce billet
Alexis D'Hautcourt (2024, 22 janvier). Le “rapport Delors” : rien sur les images de l’euro, mais quelle ambiance ! Faces d'identité. Consulté le 28 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vn5y

  1. Pour le contexte politique et économique du rapport, voir, par exemple, Pierre DU BOIS, V. L’espoir (1978-1991) In : Histoire de l’Europe monétaire 1945-2005 : Euro qui comme Ulysse.. [en ligne]. Genève : Graduate Institute Publications, 2008 (généré le 22 janvier 2024). Disponible sur Internet : <http://books.openedition.org/iheid/1035>. ISBN : 978-2-940549-08-5. DOI : https://doi.org/10.4000/books.iheid.1035 ; pour une analyse synthétique du rapport Delors et des discussions qui y ont mené, voir Charles Grant, Delors. Architecte de l’Europe (1995), trad. de l’anglais (1994) par P. Alexandre, p. 167-176. []
  2. F. ALLEMAND, “Le «rapport Delors» sur l’union économique et monétaire dans la Communauté européenne”, dans ALLEMAND, Frédéric, L’Union économique et monétaire: origine, fonctionnement et futur. Sanem: CVCE, Coll. Dossier thématique, 2013. CVCE, 2013 [mis a jour le 6/7/2016]. []
  3. Également disponible, dans un format plus brut, sur le site de la Commission européenne. Par contre, je n’ai pas réussi à y retrouver la version française. []
  4. Voir, par exemple, le résumé par Jacques Delors des questions que le Comité doit traiter dans le document Working luncheon with M. Delors on 18th July 1988 in Brussels. []
  5. Voir, par exemple, la mention de billets et pièces de monnaie, dans le rapport de Pöhl, The Further Development of the European Monetary System, p. 17-18. []
  6. J’en profite aussi pour remercier le Dr. Matthias Weber, archiviste auprès de la Banque Centrale pour sa réponse rapide et claire à une question envoyée par courriel. []
  7. La transcription anglaise de cette réunion utilise l’expression suivante : “Ministers of Finance have to be ridden over rough shod from time to time.” []
  8. Meeting on 14th February 1989 (16 février 1989), p. 3. []
  9. On le voit aussi dans le document DelC 7.9 Propositions relating to the ECU (Propositions concernant l’unité de compte européenne (écu) ), comité Delors (27 et 31 janvier 1989). []
  10. L’expression est directement empruntée au Rapport Werner, voir Le Rapport Werner. Historique et enseignements, p. 2. []
  11. L’expression “monetary identity” apparait dans un rapport de Gros, Jacquemin et Catinat du 18 janvier 1989. []
  12. Voir la fascinante comparaison de texte dressée par G.D. Baer et T. Padoa-Schioppa le 23 mars 1989. []
  13. Je dois le vérifier, mais il semble le nom “euro” ait été adopté lors du sommet de Madrid en 1995 pour remplacer le nom “écu”. Parmi les documents archivés à la Banque Centrale Européenne avec le Rapport Delors, on trouve la copie d’un éditorial paru dans The Economist le 1er novembre 1975 (The All Saints’ Day Manifesto for European Monetary Union) qui utilise le mot “Europa” pour la monnaie unique. []
  14. Delors semble avoir aussi bénéficié de l’aide d’excellents collaborateurs si l’on en juge par l’efficacité élégante de cette note: Note from J. Mingasson to J. Delors with a Comparaison des 2 Documents sur l’Union Économique Soumis au Comité d’Étude pour l’Union Économique et Monétaire. []

Par Alexis D'Hautcourt

Professeur, Université des Langues Étrangères du Kansai (関西外国語大学, Kansai Gaidai University)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search