Des femmes ? Trois femmes ! mais pas que …

La France a créé la surprise numismatique de l’année, voire de la décennie, avec ses nouvelles pièces de 10, 20 et 50 centimes, car elles montrent trois femmes. On y voit en effet les effigies de « trois femmes d’exception »1, Simone Veil (pièce de 10 centimes), Joséphine Baker (20 centimes) et Marie Curie (50 centimes). L’ordre des valeurs est l’inverse de celui de leurs années de naissance2, respectivement 1927, 1906 et 1867.

© Monnaie De Paris, image recopiée depuis le site internet de C News. De gauche à droite, Simone Weil, Marie Curie et Joséphine Baker.

« Les trois personnalités retenues pour figurer sur ces pièces sont le symbole d’un attachement fort aux valeurs de la République et une source d’inspiration quotidienne pour toutes et tous »

Marc Schwartz, PDG de la Monnaie de Paris

Ces trois femmes reposent au Panthéon ; les pièces de monnaie sont donc associées à une autre forme nationale de glorification ou de reconnaissance, comme le souligne la communication officielle de la Monnaie de Paris. Ainsi que le rappelle un article du Journal de Saône-et-Loire, il existe aussi des hommages locaux à ce trio de personnalités féminines puisque la commune de Charnay-lès-Mâcon (8.000 habitants environ) a donné leurs noms à trois écoles de son territoire3

Façades des écoles de Charnay. Photo Mairie

Hasard du calendrier ou coïncidence voulue, l’annonce de ces nouvelles pièces a été faite deux jours après l’inscription de l’IVG dans la Constitution4, alors que la dépénalisation de l’avortement avait été un des grands combats politiques de Simone Veil .

Nostalgie et héritage numismatiques

Comme souvent avec les pièces en euros, la nouveauté iconographique ou stylistique se combine avec la nostalgie ou l’héritage numismatique du pays émetteur, ce que soulignent les communiqués de presse.

Elles [= Les trois femmes représentées] regardent dans la même direction qu’une Semeuse, symbole figurant sur les monnaies françaises depuis 120 ans, au premier plan, précise l’AFP.

Léonie Beauchamp, Trois grandes figures féminines françaises ont été choisies pour figurer sur les nouvelles pièces de 10, 20 et 50 cm, Planet.fr (7 mars 2024).

En particulier, la Semeuse figure depuis 2000 sur les pièces de 10, 20 et 50 centimes. On notera toutefois que la compréhension de la représentation de la Semeuse sur les nouvelles pièces n’est possible que par connaissance préalable des images anciennes puisqu’on n’y distingue pas son bras lanceur de semences et à peine le sac où elle puise les graines. Cela renforce sans doute l’assimilation avec Marianne.

Les médias répètent sans doute les termes d’un communiqué de presse et mentionnent que l’image de Marie Curie avait été utilisée pour les derniers billets de 500 F, émis avant le passage à l’euro7, sans, sauf erreur de ma part, préciser qu’elle s’y trouvait en compagnie de son mari.

Billet de 500 francs, 19948.

Curieusement, je trouve, ces mêmes médias, toujours sauf erreur de ma part, oublient de mentionner que Simone Veil a aussi été honorée par une monnaie commémorative de 2 euros en 2018. Il est remarquable que l’on pourra donc trouver dans son porte-monnaie son portrait sur deux pièces en circulation différentes, caractéristique généralement réservée aux monarques sur les pièces en euros.

Pièce commémorative française de 2 euros (Simone Veil) émise en 20189.

La pièce de 2018 est beaucoup plus personnelle et poignante que celle de 2024, car on y voit une image du parlement européen, dont Simone Veil fut le premier ou la première présidente élue, ainsi que son numéro de déportation au camp d’Auschwitz 78651. Il est clair que la monnaie de 2024 a été conçue comme partie d’une série honorant des femmes symboles de la République française sans insistance iconographique sur leurs histoires individuelles.

Joaquin Jimenez est l’auteur du dessin des trois nouvelles pièces de 2024, comme de celui de la pièce commémorative de 2018.

Un pas vers la parité sur les pièces en euros

On ne peut que souligner l’aspect extraordinaire des cette nouvelle série de pièces d’euro honorant des femmes. Si l’on ne prend pas en compte les symboles et les allégories et si l’on omet la reine des Pays-Bas, qui est en fait un symbole de son pays, seule une femme était jusqu’à présent représentée sur les pièces de circulation en euros, Bertha von Suttner, écrivaine, journaliste et activiste autrichienne, prix Nobel de la Paix en 1905, dont le visage orne la pièce de 2 euros de son pays10.

Pièce autrichienne de 2 euros émise en 200211.

Avec ses trois figures féminines, la France devient ainsi l’exact opposé de la Grèce, qui orne ses pièces de 10, 20 et 50 centimes de trois portraits masculins, ceux de Rigas Féréos, Ioánnis Kapodístrias et Elefthérios Venizélos.

je trouve que les mettre sur les pièces, c’est un geste profondément symbolique, mais qui pèse dans la bataille pour l’égalité hommes femmes.

Jean Viard, interrogé par Jules de Kiss, Radio France (9 mars 2024)

On ne peut donc pas parler ici de parité ; celle-ci n’est représentée que dans la série des pièces autrichiennes, remarquablement cohérente, car elle montre un homme et une femme, la nature du pays avec trois fleurs et son histoire avec trois bâtiments.

Des femmes immigrées

Si l’aspect féministe de la série de 2024 a été bien mis en évidence par la Monnaie de Paris et par les médias qui ont repris son discours, d’autres éléments de ce choix iconographique sont tout autant remarquables, notamment son rapport avec l’histoire des femmes immigrées en France.

Joséphine Baker est née à Saint-Louis aux États-Unis; en 1906. Elle arrive en France quand elle a 19 ans. Elle devient française à la suite de son mariage avec Jean Lion en 1937. Celui-ci étant juif, elle est personnellement confrontée à l’antisémitisme, répandu dans sa nouvelle patrie. S’il est certain qu’elle a été victime du régime de ségrégation raciale dans son pays de naissance, la question de la xénophobie dont elle a pu être l’objet en France est nécessairement rendue plus complexe par son statut de vedette de music hall dont les spectacles sont à la fois symptômes du racisme européen et preuves d’ironie et de contrôle de sa propre image12

Marie Skłodowska est née à Varsovie, en Pologne, et est venue en France quand elle avait 23 ou 24 ans. Elle devient française elle aussi à la suite de son mariage avec Pierre Curie. En 1911, lors d’une ramification de l’affaire Dreyfus, elle est victime d’attaques xénophobes violentes dans une partie de la presse ; alors qu’elle vient d’une famille catholique, on la traite de “Juive Polonaise”13.

Des femmes victimes d’antisémitisme

Comme on vient de le voir, Marie Curie et Joséphine Baker ont souffert d’antisémitisme alors qu’elles n’étaient pas juives. Simone Veil, comme mentionné plus haut, a été victime de la manifestation la plus horrible de l’antisémitisme puisqu’elle a été arrêtée le 30 mars 1944 à Nice par les autorités allemande et été déportée au camp d’extermination d’Auschwitz14. Si elle a survécu, trois membres directs de sa famille sont morts lors de la Shoah, son père, sa mère et son frère.

Ces marques d’antisémitisme continueront tristement et scandaleusement bien longtemps, comme le montrent les pitoyables propos de Claude Autant-Lara en 198915.

Une femme noire sur une pièce en euros

La pièce française montrant le profil de Joséphine Baker est remarquable parce que, à ma connaissance, elle est la première pièce en euros représentant une personne aux traits africains. Pour moi qui ne suis pas français, il est intéressant de constater que les médias français s’inscrivent ici dans la tradition proclamée de la république française de ne pas tenir compte des différences raciales et ne mentionnent absolument pas cet événement numismatique.

Monnaie de Paris, Nouvelles Faces Nationales – Les Semeuses (2024)

Une critique dans Figaro Vox

Alors que la presse accueille positivement l’annonce de la frappe de ces nouvelles pièces, un éditorial de Robin Nitot publié en ligne sur Figaro Vox, partie du groupe Figaro généralement considérée comme plus à droite que le journal mère, se montre critique16. Si les autres médias ne disent rien des euros frappés par les autres pays, l’article commence par une comparaison, erronée car excessivement simplificatrice, avec les euros de plusieurs nations européennes : “Sur les pièces de monnaie de la zone euro, l’Allemagne est représentée par un aigle héraldique, symbole médiéval hérité du Saint Empire romain germanique. L’Irlande est représentée par sa harpe gaélique. L’Espagne, par ses rois. La France, par Marianne.” Une autre approximation suit : “Jusqu’à présent et depuis l’instauration de la République, la France n’a jamais mis en avant, sur ses pièces, de personne ayant existé.”. On voit que le journaliste ignore complètement les différentes monnaies commémoratives de 2 €. Outre la pièce honorant Simone Veil (2018) reproduite ci-dessus, Charles de Gaulle (en 2010, 2013 et 2020), l’abbé Pierre (2012), Konrad Adenauer (2013), Pierre de Coubertin (2013), François Mitterrand (2016), Auguste Rodin (2017) et Jacques Chirac (2022), tous des hommes, ont vu leurs portraits orner récemment des pièces en circulation courante. Comme le système de pièces commémoratives précède l’adoption de l’euro, des pièces en francs montraient aussi des “personnes ayant existé”17. Nitot déplore ensuite la volonté de “montrer de la France un visage féministe et antiraciste avec les visages de femmes, dont deux furent militantes de ces causes.” Il poursuit sa critique par regretter que les pièces ne fassent pas allusion à un passé plus ancien que le 20e siècle, ne fassent pas usage de monuments plus fédérateurs comme Notre-Dame ou Hercule. L’article se finit sur ces mots :

Une identité nationale est le fruit de longs siècles de maturation. La résumer à quelques décennies de féminisme et d’antiracisme est plus que réducteur. Sans compter qu’il est un comble de vouloir être progressiste en frappant des pièces de monnaie… à l’ère du sans contact.

Importance des images monétaires dans une société sans argent

Les erreurs factuelles et la faiblesse du raisonnement de l’article de Nitot auraient dû dissuader d’en parler, mais, outre le fait qu’il s’agit d’un des rares journalistes qui n’ait pas paresseusement recopié le communiqué de presse, il se termine par une affirmation relative à une question majeure : pourquoi les états membres de l’Eurozone multiplient-ils les types monétaires, en particulier avec les monnaies commémoratives, alors que, avec des variations d’un pays à l’autre, de moins en moins de personnes utilisent des pièces de monnaie ou des billets de banque pour effectuer leurs payements ? et donc, logiquement, les images et les thèmes des monnaies seraient de moins en moins scrutés ? D’après Nitot, “Battre monnaie (dans une mesure définie par la BCE) constitue symboliquement l’une des dernières prérogatives de la puissance publique en Union européenne”, et le gouvernement français utilise cet outil “au développement d’une image de marque de la France comme nation progressiste par excellence” et a “pour priorité d’être applaudi<s> par la presse progressiste anglo-saxonne”18.

Construire une image de marque est effectivement historiquement une des missions de la monnaie, rien de neuf sous le soleil ici. Mais que se passe-t-il maintenant que les pièces ont moins d’importance en tant qu’objets concrets ?

Je voudrais avancer comme hypothèse que, récemment, ce n’est pas tant les images numismatiques elles-mêmes qui intéressent les gouvernement, mais les événements médiatiques qui accompagnent leur sortie : communiqués twitter, vidéos, campagnes de presse, réseaux sociaux. Le monopole de la frappe de monnaies est un outil utilisé par les autorités publiques pour créer du buzz, accaparer un moment d’attention dans un univers surchargé d’informations et de stimulations commerciales, artistiques ou sociales. Le but de cette communication n’est certainement pas celui fantasmé par le journaliste du Figaro ; il peut être idéologique ou créateur d’une image de marque, voire avoir une portée économique. Il n’est clairement pas univoque et, dans une société démocratique, laisse la possibilité à différents individus ou pans de la société pour s’exprimer.

L’absence des personnalités politiques pour présenter ces monnaies

Dans le cas qui nous occupe ici, j’ai été frappé par l’absence des hommes politiques lors de la présentation des trois nouvelles monnaies. Tout l’espace médiatique a été occupé par Marc Schwartz, le PDG de la Monnaie de Paris. Cela contraste fortement, par exemple, avec la cérémonie de l’entrée au Panthéon de Joséphine Baker, lors de laquelle Emmanuel Macron avait été très visible19.

Comme je n’en suis qu’au début de mon enquête, je ne connais pas les habitudes françaises lors de la sortie de nouvelles pièces de monnaie et, peut-être, est-ce tout à fait normal. Toutefois, certains facteurs circonstanciels expliquent ici peut-être pourquoi les personnalités politiques ont été en retrait. D’abord, et j’y reviendrai dans une autre note de ce carnet, cette nouvelle série de monnaies de 10, 20 et 50 centimes a pris du retard sur le calendrier qui avait été prévu, à la suite d’une intervention de l’Union européenne qui a fait remarquer qu’il y avait un problème avec leur frappe initiale, retard qui a parfois été imputé à une erreur de la Monnaie de Paris. Ensuite, comme je l’ai récemment exposé dans ce carnet, il vient d’y avoir une polémique en France liée à une autre nouvelle monnaie et sa distribution dans les écoles primaires du pays. Enfin, naturellement, les personnalités politiques ont des agendas très chargés, et leur priorité communicative est pour l’instant aux Jeux Olympiques. Il faut d’ailleurs noter le fait curieux que toute la communication sur les nouvelles pièces a été faite trois ou quatre mois en amont de leur émission réelle.

Elles seront mises en circulation à l’été 2024. Leur tirage sera de 165.000.000 d’exemplaires20 (je ne sais pas si ce chiffre vaut pour chaque pièce ou pour les trois).

Dans ce contexte d’erreurs et de maladresses autour de l’émission de nouvelles pièces d’euros, il y avait donc matière aux hésitations pour les équipes responsables de la communication du président ou des ministres qui pourraient avoir été concernés.

Surtout, comme on le voit avec l’article du Figaro ci-dessus, la polysémie de ces pièces, le fait qu’elles touchent à des tensions historiques de la société française et ne concernent donc pas uniquement l’émancipation des femmes en fait d’elles un objet politique sensible et complexe que les personnalités politiques ont peut-être préféré éviter.

Leur frappe est réellement exceptionnelle.



Citer ce billet
Alexis D'Hautcourt (2024, 19 mars). Des femmes ? Trois femmes ! mais pas que … Faces d'identité. Consulté le 19 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/w1ls

  1. Expression utilisée par le compte Twitter officiel de la Monnaie de Paris. []
  2. Léonie Beauchamp, Trois grandes figures féminines françaises ont été choisies pour figurer sur les nouvelles pièces de 10, 20 et 50 cm, Planet.fr (7 mars 2024). []
  3. J.B., Nouvelles pièces à l’effigie des femmes panthéonisées : Charnay avait fait le même choix pour ses écoles, Journal de Saône-et-Loire (9 mars 2024). Selon l’article Wikipédia consacré à la commune de Charnay-lès-Mâcon, les trois écoles ont reçu ces noms en juillet 2023, alors que c’est une maire, Christine Robin, qui gère la ville, mais cette information n’est pas sourcée et est à vérifier. []
  4. Margaux Ravard avec AFP, Découvrez les trois femmes qui figureront bientôt sur les pièces de monnaie, Elle (7 mars 2024) (l’information provient sans doute de l’AFP car elle est reprise dans beaucoup de media). []
  5. Auteur de la photographie : Oscar Roty — Travail personnel, CC BY-SA 3.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=16697376 []
  6. Auteur de la photographie : Prométhée — https://fr.wikipedia.org/w/index.php?curid=6298521 []
  7. Par exemple, Ravard, ibid. []
  8. Image de Monnaie de Paris (banknote), European Central Bank (photograph) — Banque de France (banknote), Domaine public, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=7813046 []
  9. Photographie par Guy Delsaut — https://fr.wikipedia.org/w/index.php?curid=12168987 []
  10. Voir mon article Alexis D’Hautcourt, Très peu de femmes, beaucoup de patrimoine et un peu d’optimisme. Analyse comparative des iconographies de l’euro et du yen, CETIC 9 (2020). []
  11. Photographie de Prométhée — https://fr.wikipedia.org/w/index.php?curid=6312870 []
  12. Voir, par exemple, Ève Beauvallet, «La Revue nègre»: Joséphine Baker et le pouvoir de la grimace, Libération (26 novembre 2021) ; Yvan Gastaut, Joséphine Baker ou les chemins complexes de l’exemplarité, The Conversation (31 aout 2017). []
  13. Michel PINAULT, “Marie Curie, une intellectuelle engagée ?”, Clio [Online] 24 (2006), Online since 01 December 2008 (DOI: https://doi.org/10.4000/clio.4482) ; Magdalena RUIZ MARMOLEJO, « Marie Curie et la presse », Histoire par l’image [en ligne] (janvier 2017) ; Fallait-il renvoyer Marie Curie en Pologne ?, France Culture (8 décembre 2021). []
  14. Simone Veil, Réflexions d’un témoin, In: Annales. Economies, sociétés, civilisations. 48ᵉ année, N. 3, 1993. pp. 691-701. DOI : https://doi.org/10.3406/ahess.1993.279166. []
  15. Didier Péron, Autant en emporte Lara, Libération (7 février 2000). []
  16. Robin Nitot, Avec ses nouvelles pièces de monnaie, la France se rêve en vitrine du progressisme à l’international, Figaro Vox (13 mars 2024). []
  17. Voir, commodément, Contributeurs de Wikipédia, “Liste des émissions de franc français depuis 1960,” Wikipédia, l’encyclopédie libre (Page modifiée pour la dernière fois le 10 décembre 2023). []
  18. Une recherche sur Google News en anglais semble montrer que la presse anglo-saxonne a presque complétement ignoré ces nouvelles pièces. []
  19. Chaîne YouTube officielle d’Emmanuel Macron, Entrée au Panthéon de Joséphine Baker (1er décembre 2021). []
  20. Nathan Bocard, Les infos de 18h – Simone Veil, Joséphine Baker, Marie Curie… de nouveaux visages sur les pièces jaunes, RTL (6 mars 2024). []

Par Alexis D'Hautcourt

Professeur, Université des Langues Étrangères du Kansai (関西外国語大学, Kansai Gaidai University)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search