Un patrimoine qui a perdu son message ? L’Atomium sur une pièce commémorative belge en 2006

L’Atomium en 2018; photographie de Trougnouf (Benoit Brummer) — CC BY 4.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=74123411

L’Atomium a été construit pour l’exposition internationale de 1958 à Bruxelles. “Symbole de l’ère atomique et de ses perspectives de progrès pour l’humanité”1, l’édifice est utilisé pour promouvoir l’usage civil de l’énergie nucléaire2. Il est aussi une énorme publicité, une façon spectaculaire de vanter les mérites de l’industrie métallurgique belge3. Même si, sans être caché, cela n’était pas mis clairement en avant, l’Atomium était aussi un symbole du colonialisme belge et l’illustration du rôle que la Belgique jouait dans la fourniture d’uranium congolais aux États-Unis4.

Il avait été conçu comme structure temporaire, mais son succès auprès du grand public, séduit alors par les discours sur les bienfaits de l’atome pacifique5, a fait qu’il a été conservé. Au début des années 2000, il fait l’objet d’une restauration très importante. Une pièce d’euro commémorative belge marque la fin de ces travaux et la réouverture du bâtiment.

L’Atomium en 1958 était donc porteur de messages forts. Qu’en est-il en 2006, du moins dans la communication accompagnant la frappe de la monnaie commémorative de 2 euros ? Les publications officielles sont vraiment laconiques. L’annonce officielle de la pièce dans le Journal officiel de l’Union européenne du 3 mai 2006 se contente de la phrase “La partie interne de la pièce représente l’«Atomium»”. Le site commercial officiel des pièces commémoratives belges apporte juste une précision : “Pièce spéciale de 2 euros en l’honneur de la réouverture de l’Atomium à Bruxelles.”

Le site internet officiel de l’Atomium , quant à lui, regorge d’expressions comme “Totem-phare dans le ciel bruxellois” et “symbole et icône internationale”, mais ne dit mot d’un message que le bâtiment porterait actuellement, alors que, dans sa partie historique, il rapporte très honnêtement que c’est une “vision [optimiste] de l’utilisation pacifique de l’énergie atomique à des fins scientifiques qui a déterminé la conception et la construction de l’Atomium”, et que l’Expo 58 comportait “une importante, et non moins polémique, section coloniale [qui] témoigne de la mainmise belge sur le Congo, alors que le contexte international évolue vers la fin des tutelles européennes sur les colonies.”

Pièce commémorative belge de 2 euros émise en 2006 (Graveur : Luc Luycx) — Scan personnel par Guy Delsaut, CC‑BY‑SA‑3.0, https://fr.wikipedia.org/w/index.php?curid=8607664

La pièce de 2 € belge elle-même ne fournit aucun indice sur un éventuel message qu’elle porterait ou que les autorités belges voudraient transmettre en 2006 ; elle se caractérise par sa simplicité ou son efficacité brute, ne montre aucun contexte pour le monument, qui est présenté presque de façon schématique.

On se doute bien que ce n’est pas le “modernisme naïf”6 ni les souvenirs coloniaux de la structure que les responsables de la frappe de la monnaie voulaient mettre en lumière, mais quelles étaient leurs intentions en 2006 ? Peut-être que le dépouillement de la presse d’alors ou des archives de la banque centrale de Belgique permettraient de répondre à cette question, mais, pour l’instant, on reste sur sa faim.

La pièce de 2 € belge est donc l’illustration des différences entre patrimoine, mémoire et histoire. Son sujet, l’Atomium, est représenté parce qu’il est un symbole, un point c’est tout. Si l’on ajoute qu’il est symbole de Bruxelles ou de la Belgique, il n’est pas expliqué en quoi il symbolise ces deux entités, les valeurs qui y sont attachées.

En cela, on peut dire que les notions de patrimoine culturel et de patrimoine naturel se joignent. Ils existent, ils sont admirables, mais ils ne parlent pas.



Citer ce billet
Alexis D'Hautcourt (2022, 31 août). Un patrimoine qui a perdu son message ? L’Atomium sur une pièce commémorative belge en 2006. Faces d'identité. Consulté le 19 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/olz5

  1. Région de Bruxelles-Capitale. Inventaire du Patrimoine Architectural, Atomium (sans date). []
  2. Bureau International des Expositions, Atomium: The Beginning of the Nuclear era (20 avril 2017). []
  3. C. Nys, “The Atomium of Brussels–“Irreparably Improved”?.”, ICOMOS–Hefte des Deutschen Nationalkomitees 73 (2020), p. 59-62 []
  4. Dennis Pohl, Uranium exposed at Expo 58: the colonial agenda behind the peaceful atom, History and Technology 37:2 (2021), p. 172-202, DOI: 10.1080/07341512.2021.1960074. []
  5. D. van Lente, Biography 7: Peaceful Atom: The Brief Career of a Symbol of Co-operation and Prosperity. In : Materializing Europe. Palgrave Macmillan, London, 2010. p. 286-289. []
  6. J’emprunte l’expression au résumé d’un article que je n’ai pas pu me procurer: R. DEVOS, C. NYS et M. PROVOST, The Brussels Atomium and the popular appeal of ‘humanized’ nuclear science. In : 8th International Docomomo Conference: Import-Export: Postwar Modernism in a Expanding World: 1945-1975. Docomomo US (2008). p. 421-428 []

Par Alexis D'Hautcourt

Professeur, Université des Langues Étrangères du Kansai (関西外国語大学, Kansai Gaidai University)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search