Les pièces commémoratives de 2 € belges : misogynie, relations internationales, bons sentiments et regard du Conseil, mais peu de patrimoine

Comme les faces nationales des pièces en euros belges portent toutes le portrait du roi des Belges, les pièces commémoratives de 2 € sont le seul moyen numismatique pour exprimer des traits ou particularités originales de l’identité nationale belge.

On trouvera ici une première ébauche de la petite base de données que j’ai réalisée sur ces pièces, un ballon d’essai que j’espère pouvoir étendre à toutes les pièces en euros, qu’elles soient de circulation courante, commémoratives ou de collection. Il s’agit d’un document “Google Sheets”. Je suis bien conscient de tous les problèmes éthiques liés à l’emploi d’un produit Google, mais, pour l’ignare en informatique sans moyens que je suis, comme cette base de données est de petite taille, ce produit gratuit s’est avéré la solution la plus pratique. Si vous avez des suggestions pour une base de données qui permettrait de suivre les recommandations de la “Text Encoding Initiative”, je suis très intéressé.

La Belgique a pour l’instant frappé et fait frapper, comme elle n’a plus d’atelier monétaire et que ses pièces sont maintenant frappées aux Pays-Bas, 30 pièces commémoratives, dont 5 sont des émissions communes à tous les pays de l’Eurozone, que je n’analyse pas ici ; cela fait donc 25 pièces que l’on peut analyser selon différents critères.

Hommes / femmes

Comme pour les euros en circulation en général, les pièces commémoratives belges offrent peu d’images de femmes. En 2012, une pièce célèbre les 75 ans du concours Reine Élisabeth et montre le profil de la reine. Quant à la pièce de 2011 célébrant le 100ème anniversaire de la journée internationale de la femme, respect de la parité linguistique oblige, on y voit deux femmes, qui sont donc un peu serrées l’une sur l’autre, Isala Van Diest de Flandre et Marie Popelin, francophone de Bruxelles. D’autre part, 9 hommes sont représentés sur ces monnaies (le Grand Duc Henri de Luxembourg ayant le privilège d’apparaître deux fois, en 2005 et en 2021, avec deux rois belges successifs)1.

Pièce commémorative de 2 euros, Belgique, 2011. Photographie par SD — https://fr.wikipedia.org/w/index.php?curid=10654614

Thèmes

Voici un tableau schématique, organisant de façon un peu grossière les grands thèmes présentés par les pièces commémoratives belges de 2 € :

ThèmeNombre de pièces
Belgique19
Institutions, traités, déclarations et années internationales8
Valeurs, philanthropie, humanitaire, …8
Patrimoine et culturePeinture2
Musique1
Architecture1
Total4
Sciences et techniques4
Événement historique4
Universités2 ou 3, si l’on compte la pièce célébrant mai 68.
Sport1

Selon le “Règlement (UE) No 729/2014 du Conseil du 24 juin 2014 sur les valeurs unitaires et les spécifications techniques des pièces libellées en euros destinées à la circulation”, considérant 15,

Il convient d’autoriser un État membre à émettre des pièces commémoratives qui doivent servir à des commémorations présentant une importance nationale ou européenne majeure, tandis que les pièces commémoratives émises collectivement par tous les États membres dont l’euro est la monnaie devraient être réservées aux commémorations qui présentent la plus haute importance au niveau européen.

J’ai été surpris de constater que certaines pièces commémoratives belges n’ont pas vraiment un sujet d'”une importance nationale ou européenne majeure”, et j’espère que des recherches en archives, ou pourquoi pas ? des entretiens oraux, permettront de découvrir les raisons qui ont mené à la frappe de ces monnaies. Par exemple, pourquoi la Belgique a-t-elle frappé en 2009 une monnaie pour célébrer le bicentenaire de la naissance de Louis Braille ? Même s’il représente certainement une “importance européenne majeure”, il ne semble pas avoir eu de relation particulière avec la Belgique. Par ailleurs, comment expliquer le volume important de l’émission en 2020 d’une monnaie célébrant l’Année internationale de la santé des végétaux (proprement ni belge, ni européenne donc) : 755.000 pièces, alors que les deux monnaies commémoratives la précédant et les 4 la suivant sont émises à 155.000 exemplaires ?

On voit aussi que les pièces commémoratives belges ne sont que peu utilisées pour célébrer le patrimoine ou la culture de la nation. Si on comprend bien que la division linguistique du pays rend difficile la représentation de figures ou héros nationaux, il me semble que la mise en avant du patrimoine national pourrait se faire facilement de façon paritaire avec la possibilité de célébrer la même année un lieu en communauté française et un lieu en Flandre, comme ce fut fait pour l’anniversaire des universités de Gand et de Liège en 2017. On remarque aussi l’absence totale ou presque de la religion (sauf erreur de ma part, seule la croix sur la pièce de 2014 célébrant le 150e anniversaire de la croix rouge belge comporte une allusion religieuse).

Au contraire, l’engagement de la Belgique dans des traités, déclarations, organisations ou événements internationaux est clairement affiché car il constitue au moins un tiers des frappes de monnaies commémoratives.

De même, le souci de montrer de l’intérêt pour des valeurs ou sentiments universels ou pour des engagements humanitaires ou écologiques est bien marqué par le nombre de monnaies qui leur sont consacrées.

Il est peut-être aussi intéressant de constater que le nombre de pièces consacrées à la science et à la technique est similaire à celui consacré au patrimoine et à la culture, et qu’il est, je pense, proportionnellement plus important que celui qu’on trouve sur les pièces communes destinées à la circulation.

Les pièces commémoratives belges n’ont donc pas le caractère nostalgique que j’avais décelé dans mon analyse de l’ensemble des pièces en euros de circulation. Si, et cela reste à prouver, elles ont pour fonction d’alimenter un sentiment ou une appartenance nationale, il semble que le choix des autorités responsables de la frappe des monnaies commémoratives a été de mettre en avant des valeurs ou des bons sentiments plutôt qu’une identité nationale forgée par l’histoire et le passé.

Quoi qu’il en soit, on voit que cette analyse iconographique un peu rapide devrait absolument être confrontée aux archives laissées par les processus de sélection des thèmes des monnaies commémoratives, si elles existent évidemment.

Le regard du Conseil

Je cite ici en son entièreté l’article 10 du Règlement (UE) No 729/2014 du Conseil du 24 juin 2014, déjà mentionné plus haut, ainsi que les considérants 16 et 17 qui le justifient:

(16) Étant donné que les pièces en euros circulent dans toute la zone euro et afin d’éviter l’utilisation de dessins inadéquats2, les États membres émetteurs devraient s’informer mutuellement et informer la Commission des projets de dessins de faces nationales de pièces en euros avant la date prévue pour l’émission. La Commission devrait vérifier la conformité des dessins avec les exigences techniques du présent règlement. Les projets de dessins devraient être présentés à la Commission suffisamment de temps avant la date d’émission prévue afin que les États membres émetteurs puissent modifier le dessin le cas échéant.

(17) Par ailleurs, des conditions uniformes pour l’approbation des dessins sur les faces nationales des pièces en euros devraient être énoncées afin d’éviter le choix de dessins qui pourraient être considérés comme inadéquats dans certains États membres. Étant donné que la compétence pour une question aussi sensible que le dessin de la face nationale des pièces en euros relève des États membres émetteurs, les pouvoirs d’exécution devraient, par conséquent, être conférés au Conseil. Toute décision d’exécution prise sur cette base par le Conseil serait étroitement liée aux actes qu’il adopte en vertu de l’article 128, paragraphe 2, du traité. Par conséquent, la suspension des droits de vote des membres du Conseil représentant les États membres dont la monnaie n’est pas l’euro pour l’adoption par le Conseil de ces décisions devrait s’appliquer conformément à l’article 139, paragraphe 4, du traité. La procédure devrait permettre aux États membres émetteurs de modifier le dessin en temps voulu, si nécessaire,

Article 10

1.   Les États membres s’informent des projets de dessins des nouvelles faces nationales des pièces destinées à la circulation, y compris les gravures sur tranche, et, pour les pièces commémoratives, du volume estimé d’émission avant l’approbation officielle de ces dessins.

2.   Le pouvoir d’approbation des dessins des faces nationales nouvelles ou modifiées des pièces destinées à la circulation est conféré au Conseil statuant à la majorité qualifiée conformément à la procédure énoncée aux paragraphes 3 à 7.

Lorsqu’ils arrêtent les décisions visées au présent article, les droits de vote des États membres dont la monnaie n’est pas l’euro sont suspendus.

3.   Aux fins du paragraphe 1, l’État membre émetteur soumet au Conseil, à la Commission et aux autres États membres dont la monnaie est l’euro les projets de dessins pour les pièces destinées à la circulation, en principe au moins trois mois avant la date prévue pour l’émission.

4.   Dans un délai de sept jours suivant la soumission visée au paragraphe 3, tout État membre dont la monnaie est l’euro peut, dans un avis motivé adressé au Conseil et à la Commission, émettre une objection au projet de dessin proposé par l’État membre émetteur, si ce projet de dessin est susceptible d’engendrer des réactions défavorables parmi ses citoyens.

5.   Lorsque la Commission considère que le projet de dessin ne respecte pas les exigences techniques prévues par le présent règlement, elle transmet une appréciation négative au Conseil, dans un délai de sept jours suivant la soumission visée au paragraphe 3.

6.   Si aucun avis motivé ou aucune appréciation négative n’a été transmise au Conseil dans le délai prévu respectivement aux paragraphes 4 et 5, la décision approuvant le dessin est réputée adoptée par le Conseil le jour suivant l’expiration du délai visé au paragraphe 5.

7.   Dans tous les autres cas, le Conseil décide, sans délai, d’approuver le projet de dessin, à moins que, dans un délai de sept jours suivant la présentation d’un avis motivé ou d’une appréciation négative, l’État membre émetteur retire le projet soumis et informe le Conseil de son intention de présenter un nouveau projet de dessin.

8.   Toutes les informations pertinentes concernant les nouveaux dessins nationaux des pièces destinées à la circulation sont publiées par la Commission au Journal officiel de l’Union européenne.

Alors que je n’en suis qu’à un premier stade d’analyse, en ce qui concerne les pièces commémoratives belges, j’ai déjà connaissance de deux cas d’objections de membres du Conseil par rapport à des projets de monnaie commémorative belge, l’une thématique, l’autre relative au dessin et à la légende de la monnaie.

L’histoire de la pièce commémorative du double centenaire de la bataille de Waterloo est connue car elle avait fait les choux gras de la presse ; je ne m’y attarde pas ici et me contente de mettre en valeur la politique de transparence du Conseil, qui permet d’accéder en ligne à des documents comme celui-ci:

On y apprend que la “Direction générale du Trésor” de la République française s’oppose au projet belge:

Ce projet de pièce est en effet susceptible d’engendrer des réactions défavorables en France.

La bataille de Waterloo est un événement dont la résonance particulière dans la conscience collective va au-delà de la simple évocation d’un conflit militaire. La circulation de pièces courantes portant une symbolique négative pour une fraction de la population européenne nous apparaît préjudiciable dans un contexte où les gouvernements de la zone euro s’efforcent de renforcer l’unité et la coopération autour de la monnaie unique.

Face à ces critiques, la Belgique a dû renoncer à frapper des pièces commémoratives pour cet anniversaire, mais a frappé des pièces de collection, qui ne peuvent circuler dans les autres pays de l’Eurozone et pour lesquelles il n’est pas besoin de les consulter.

Moins connues sont les modifications que la Belgique a dû apporter au dessin de la pièce de 2018 qui commémore le 50e anniversaire des événements de mai 1968 en Belgique.

Scan par Tvx1 — https://fr.wikipedia.org/w/index.php?curid=11796406

Grâce à la politique de transparence du Conseil, on apprend que, dans une lettre du 29 mars 2018, Alexandre DE GEEST, “Administrator of the General Administration of the Belgian Treasury”, informe Jeppe TRANHOLM-MIKKELSEN, Secretary-General of the Council of the European Union, des changements suivants :

In respect of the previous submitted design, we removed any signs that could evoke a feeling of violence and omitted the title “student revolt”.

Si l’on en croit le dessin publié par S. Wiotte3, le dessin original présentait un plus grand drapeau et, horreur, des pavés descellés, prêts à être lancés contre, on suppose, des représentants de l’autorité. On se demande ce qu’en aurait pensé Delacroix, mais il semble qu’il y ait des limites à ne pas dépasser dans la commémoration de révolutions ou de révoltes. Pour l’instant, je ne sais pas quel membre du Conseil a exprimé une objection après la présentation du projet belge.



Citer ce billet
Alexis D'Hautcourt (2022, 9 octobre). Les pièces commémoratives de 2 € belges : misogynie, relations internationales, bons sentiments et regard du Conseil, mais peu de patrimoine. Faces d'identité. Consulté le 19 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/olzc

  1. Les deux silhouettes sur la pièce de 2018 célébrant Mai 68 en Belgique me semblent très masculines, mais je ne les ai pas comptées ici. []
  2. Dans la version anglaise: “inappropriate designs”. []
  3. S. Wiotte, Ces 2 euros que vous n’aurez jamais, Monnaie Magazine (4 janvier 2019). []

Par Alexis D'Hautcourt

Professeur, Université des Langues Étrangères du Kansai (関西外国語大学, Kansai Gaidai University)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search